Mont Ham : 360 degrés de wow

Quoi que tu fasses,
l’amour est partout où tu regardes.

Francis Cabrel

La différence entre le point d’observation d’une randonnée typique et le point d’observation au sommet du Mont Ham, dans les Cantons de l’est, c’est un peu la différence entre jouer un jeu sur la Nintendo Switch et essayer une expérience en VR (réalité virtuelle) : plutôt qu’être limités à une vue restreinte par les arbres, le paysage s’étend partout autour et au-dessus de nous. Sauf qu’à la différence du VR, où on est tout attachés avec la machine, l’expérience au sommet est empreinte d’un sentiment de liberté et d’espace totalement vivifiant.

Avec quelques activités déjà à l’horaire pour le weekend de la Fête du travail, il nous restait peu de temps pour aller camper. Après s’être cassé la tête, fait des recherches sur le web et quelques appels de dernière minute pour se rendre compte que tous les campings requéraient un minimum de 3 nuits réservées, François et moi on dînait avec des collègues vendredi au Temps d’une pinte quand je me suis tournée vers lui et j’ai lancé « Plan B : on va faire la randonnée au Mont Ham dimanche. Après, on soupe Ô Quai des Brasseurs sur la route du retour, on revient faire un petit feu dans la cour et on dort dans le west’ (dans le parking). » C’était pas du camping, mais presque finalement.

Les installations

Les installations au pied de la montagne comprennent un bâtiment d’accueil, plusieurs jeux pour les enfants, des espaces repas et une piste d’hébertisme. Plusieurs références à la culture des Abénakis viennent donner une couleur à l’ensemble.

Il est possible de dormir au sommet (camping sauvage) à quelques reprises pendant l’été. Au pied de la montage, des espaces de camping rustique et tentes prospecteurs (sans accès par voiture) sont disponibles. Ils offrent aussi 2 « espaces voyageur » pour petits motorisés ou tente-roulottes, juste à côté du stationnement, sur une belle partie gazonnée. On s’y est arrêtés 1 nuit à l’automne dernier, en route vers le Mont Mégantic, on a bien aimé l’endroit. Cette région est très jolie, pleine de champs et vallées.

La randonnée

On passera pas à côté, c’est une montagne. Ça monte. Il y a des parties tranquilles et agréables comme ça :

Il y a aussi plusieurs parties intéressantes comme ça, qui donnent un petit défi (ou un bon défi, quand on les additionne pendant 1 heure! 😅) :

Et d’autres parties comme ça (ou pire 🥵), dans la catégorie que j’ai surnommée « Ça, c’est plus de 45 degrés » :

Mais bon, ce qui aide ceux qui, comme moi et ma gang, ne sont pas des randonneurs chevronnés, c’est que le sommet est atteignable en une courte durée. Le trajet le plus direct est L’Intrépide, entre 45 min. et 1 heure. Par contre, en observant la carte des sentiers, on voit qu’il y a plusieurs chemins qui s’entrecroisent. Ça permet d’ajuster notre trajet, et choisir un mix de trajets plus ou moins ardus.

On a dévié un peu par Les Légendes durant l’ascension, ce qui a allongé un peu notre montée mais a fourni un peu de répit à notre cardio. Le Panoramique — avec quand même plusieurs bonnes inclinaisons — pardonne un peu plus, quand vient le temps de descendre.

Le sommet

Voir loin. C’est un désir qu’on a en nous sans trop y penser. Quand on regarde le paysage et que notre regard est entravé par arbres et bâtiments, sans le réaliser vraiment on recherche la liberté d’un horizon sans limite.

Le sommet du mont est rocheux, dégarni d’arbres en grande partie, ce qui fournit cette liberté visuelle magique.

C’est venteux un peu. 😁

…mais c’est beau.

Bonne semaine à tous.

Laisser un commentaire