Insomnia


« When you have insomnia,
you’re never really asleep.
And you’re never really awake. »
– Edward Norton, Fight Club

The butterflies of dreams, with the moths of sleep, and the air of insomnia, in a swirl of confusion. Might be caused by pregnancy (it takes credit for pretty much anything nowadays) or just stress, or both. In a more concrete way, it’s brought on by heat, hunger, back aches and such, moving baby, a radio song stuck in my head, Frank making some noise, or uncontrolled/unordered musings or recollections that wind their way into my semi-conscious state. But mostly I think it’s nothing at all. Maybe just a natural crash course on freaky sleep patterns, preparing my head for upcoming nights of nursing.

4:50AM. I think I’ll try catching that last hour now, before the gray of dawn takes its golden tones.


« When you have insomnia,
you’re never really asleep.
And you’re never really awake. »
– Edward Norton, Fight Club

Les papillons des rêves, avec les phalènes du sommeil, et l’air de l’insomnie, dans un tourbillon de confusion. Ça peut être un effet de la grossesse (elle prend le crédit de presque tout ces temps-ci) ou seulement le stress, ou les deux. De façon plus concrète, c’est causé par la chaleur, la faim, les maux divers – dos ou jambes ou cou – le bébé qui remue, une chanson de la radio qui est prise dans ma tête, François qui fait du bruit, ou des pensées ou souvenirs non-controllées/non-ordonnées qui déroulent dans mon état à demi-conscient. Mais principalement, je crois que ce n’est rien du tout. Peut-être juste un mécanisme naturel de préparation aux futures nuits fragmentées d’un nourrisson.

04:50. Je crois que je vais essayer d’attraper cette dernière heure maintenant, avant que le gris de l’aube ne prenne ses tons de dorés.

Laisser un commentaire