Organiser le garde-manger… pas juste pour le look

Toujours plus de parmesan, yeah!

Fouki, « Spaghetti pain à l’ail »

On va dire que c’est la Semaine de l’Organisation sur le blog! Je vous partage un autre projet qui date de quelques temps, quand j’ai décidé que, ça y est, j’en avais marre de chercher et perdre des choses dans mon garde-manger. 🕵️‍♀️Ou encore d’acheter certains trucs en double.

Ok, spoiler alert, car je vous révèle tout de suite les bénéfices récoltés.

Comment ça facilite notre vie

  • On sait où sont les choses. Oui, ça a l’air un peu obsessif-compulsif d’organiser les ingrédients par catégorie, mais en désignant un espace pour les choses, on sait où les ranger (c’est pas plus long!) et on sait où les trouver.
  • On a gagné de l’espace. Je vous indique comment dans un instant.
  • Fini l’achat en double. Inventorier est plus facile, car on voit bien ce qu’on a ou pas.
  • Fini le stock mal empilé, caché, près de tomber. Les paniers, ces merveilleux petits enclos…
  • Moins de pertes.
  • C’est plus cute. Bin oui. 🤷
  • Une expérience positive quand on ouvre le garde-manger, plutôt que du découragement. C’est non-négligeable.

Mon garde-manger est dans le couloir adjacent à la cuisine. Il est assez grand, mais peut profond (environ la profondeur d’une boîte de céréales), ce qui aide déjà pour mieux voir ce qu’il contient. À noter : on a aussi une zone au sous-sol, près du 2e frigo, où on garde une petite réserve des items en plus grande quantité (genre le stock du Costco) — j’ai deux ados, alors on passe pas mal de bouffe dans une semaine! — mais le garde-manger de la cuisine est pour les trucs courants.

Mes armes : paniers blancs et transparents, pinces et étiquettes. Tout simplement.

Mes trucs les plus utiles

  • Sortir de leur boîte tous les craquelins, collations, sachets de soupe, etc. Juste comme ça, on gagne le tiers de l’espace. De plus, c’est beaucoup plus facile de voir la quantité restante — fini les boîtes vides surprise! Quand les sacs sont ouverts, on les referme avec une pince. On garde nos pinces tout près, accrochées sur l’un des paniers quand elles ne servent pas. Comme dirait Synvain Rénove : « c’pas trop compliqué que ça ».
  • Utiliser les paniers pour catégoriser. Vous utilisez 4 sortes de gruau? Pourquoi pas les mettre tous au même endroit! Ça va être si facile de savoir s’il en reste encore. Et en voyant tous les féculents côte à côte, ça donne même des idées pour varier la routine (« Ah c’est vrai, on a du couscous aussi, ça ferait différent…! »).
  • Étiqueter. C’est joli, mais c’est aussi une façon de communiquer à vos proches (et vous rappeler) où placer chaque chose.
  • Faire l’épicerie dans le garde-manger et le frigo en premier. Quand je prévois mes repas de la semaine, avant de partir à l’épicerie, je commence par vérifier ce que j’ai en stock et j’essaie de « le passer » dans ma planif avant d’acheter autre chose. Ça réduit les pertes et c’est bon pour le budget.

Partie du haut :

  • Tout en haut : condiments additionnels (non-ouverts), sacs de chips (pas trop accessibles!!) et sacs à lunch de rechange.
  • Deuxième tablette : Avec ma fille qui a maintenant une passion pour la pâtisserie, on est rendus avec une tablette pleine consacrée à la vanille, poudre à pâte, colorants, bonbons à décorer, bâtons à cake pops et j’en passe.
  • Troisième tablette : Soupes, sauces et cannages.
  • Quatrième tablette : Féculants (quinoa, riz, pâtes diverses), craquelins et sucreries. Les croûtons et noix sont rangées soit avec les pâtes, soit avec les craquelins, dépendant où il reste de la place.

Partie du bas :

  • Au haut : Choses à déjeûner. Pour les céréales, non, je ne les transfère pas dans des contenants… Il y a des fans comme moi des céréales Multigrains de Nature’s Path? Je les mange assez vite que ça ne vaut pas la peine de transférer, haha! Quand il en reste un peu moins dans une boîte, je sors le sac et utilise une pince.
  • Deuxième tablette : Papier d’aluminium, parchemin, et ziplocks. Note : On priorise toujours les contenants réutilisables, mais il arrive que les ziplocks soient pratiques (ex. camp scout extérieur l’hiver, où les enfants doivent garder leurs vêtements dans des sacs hermétiques pour éviter l’humidité 🥶). Pour faire mieux, on prend les jolis ISTAD du IKEA, qui sont faits de plastique renouvelable fait à partir de canne à sucre.
  • Dernière tablette : Sucres, farines, chapelure, avoine. Les contenants à farine/cassonade/sucre blanc sont les garde-ingrédients à pression unique de Tupperware. Je les aime beaucoup : en plus d’être légers, compacts et faciles à laver, ils ont une large « bouche » et se referment hermétiquement aisément avec une pression au centre du couvercle. Et c’est beaucoup mieux que garder ces ingrédients dans leur sac d’origine, où les fourmis accèdent rapidement!

« Et les épices?? »

Eh bien j’en ai eu ras-le-bol qu’elles soient toutes empilées dans 2-3 paniers, dans des contenants de formes multiples et difficiles à lire (sérieux, François ne prenait même pas le temps de fouiller et rachetait parfois la même chose en double).

J’ai libéré un tiroir près du four, me suis procurée des contenants de vitre et des étiquettes eeeeet…

Ta-da!

C’est pas encore parfait, et clairement on devrait éviter d’en ajouter de nouvelles, mais au moins on ne risque plus d’acheter un 5e contenant de cannelle. 1 C’EST ASSEZ!

Et le frigo?

Pas de photo, mais le frigo a subit un traitement similaire. Un panier pour les sauces, un pour les sirops, un pour les collations et lunchs… vous voyez le genre. C’est un peu moins efficace que pour le garde-manger, mais ça permet de sortir les condiments en 1 coup, et ça facilite l’accès à ce vieux contenant de sauce tout au fond, car il suffit de tirer le panier.

Et vous, vous êtes #team_organisation ou #team_làoùilrestedelaplace ? 😁


Recevez les prochains articles

Vous avez apprécié ce contenu? Inscrivez-vous pour recevoir les nouveaux articles dès leur publication. 😊 (Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.)

Laisser un commentaire