I will become a superhero, and the universe shall bend to my will

The alarm clock wakes me up at 6:32. In the shower, the water gushes in a steady warm flow. The toaster is set to 4, so the bread gets crispy but not stiff. The fridge offers orange juice kept at 36 degrees F. Plate and glass go in the dishwasher, set with options normal cycle-extra rinse-heat dry.

From the morning show on tv, I know of traffic issues in advance and learn potential alternate commutes. I start the car; the dashboard lights up – ready to inform about anything amiss – and the stereo automatically begins playing music to my liking. En route, traffic lights keep travelers agreeing and, once on the highway, the activated cruise-control frees me of worrying about keeping a steady speed. 12 minutes later I enter the company parking lot: a snowplough service has already removed the effects of last night’s storm and cleared my spot.

Work begins at 8h. An ergonomical chair prevents any strain on my back, and the screen on my desk pinpoints reminders, tasks and meetings. The office’s temperature is regulated by the dual action of a heating system and air conditioning, so that weather does not affect work. If a glare should appear on the screen, I can shut the blinds to continue working comfortably. I meet a client at 10:00, during which time the phone’s ring is muted, and voicemail picks up my messages. Lunch hour starts at 12h – voicemail is activated again while I consumate food reheated for one minute and 52 seconds at intensity 7 in the microwave. The courrier guy comes around at 16h to pick up a registered package bound for a city in another province. It will reach its destination at 10h the next day; should it get lost, the warranty will replace it.

I get in the car again at 17h02. I stop at the store on the way home, where I get my pick from a dizzying array of food on display. I get annoyed there’s no avocado in stock. Back at home, a machine chops the food for me, and it is cooked at 375 degrees for 18 minutes exactly, after which delay the timer goes off.

I eat in the living room, remote control in hand, zapping through a sea of 500 tv channels until I settle on a travel show uncovering the beauty of a country half a world away. Later on, my laptop and the internet allow me to complete some banking operations, plan an outing for the weekend and receive news from faraway friends, all this while remaining ensconced in the sofa.

I switch off the light, slip in bed and lie back on a mattress designed to suit my bodysize and preferred sleeping positions. The fridge’s hum bothers the quiet of the otherwise silent house. I wonder if there existed a gizmo to control sleep.
Trad. « Je deviendrai un superhéro, et l’univers se pliera à ma volonté »

L’alarme me réveille à 6h32. Dans la douche, l’eau surgit en un jet chaud et constant. Le grille-pain est réglé à 4, pour que le pain soit croustillant mais pas rigide. Le réfrigérateur offre du jus d’orange conservé à 36 degrés F. L’assiette et le verre vont dans le lave-vaisselle, réglé aux options cycle normal-rinçage additionnel-sécher par chaleur.

Par le show du matin à la télé, je sais les problèmes de traffic à l’avance et apprends de potentielles routes alternative. Je démarre la voiture; le tableau de bord s’allume – prêt à informer de toute anomalie – et la stéréo se met automatiquement à jouer de la musique à mon goût. En route, les feux de circulation gardent les voyageurs en accord et, une fois sur l’autoroute, l’activation du régulateur de vitesse m’évite de m’inquiéter de garder une vitesse constante. 12 minutes plus tard j’entre dans le stationnement de la compagnie : un déneigeur a déjà repoussé les effets de la tempête de hier et dégagé mon stationnement.

Le travail commence à 8h. Une chaise ergonomique prévient toute fatigue à mon dos, et l’écran sur mon bureau détaille rappels, tâches et réunions. La température du bureau est régularisée par l’action combinée d’un système de chauffage et d’un air climatisé, pour que la météo n’affecte pas le travail. Si un reflet apparaissait sur l’écran, je peux fermer les stores pour continuer à travailler confortablement. Je rencontre un client à 10h, durant quoi la sonnerie du téléphone est étouffée, et la messagerie vocale enregistre mes messages. L’heure du dîner commence à 12h – la messagerie vocale est activée à nouveau pendant que je consomme de la nourriture réchauffée durant une minute 52 secondes à l’intensité 7 dans le micro-ondes. Le messager passe vers 16h pour ramasser un paquet enregistré destiné vers une ville dans une autre province. Le colis arrivera à destination à 10h le jour suivant; s’il devait se perdre, la garantie le remplacera.

Je reprends la voiture à 17h02. Je fais un arrêt à l’épicerie sur le chemin du retour, où j’ai le choix parmi une vaste étendue d’aliments présentés. Ça m’embête qu’il n’y a pas d’avocat en stock. De retour à la maison, une machine hache la nourriture pour moi, qui est cuite à 375 degrés durant 18 minutes exactement, délai après lequel la minuterie sonne.

Je mange dans le salon, la télécommande en main, zappant à travers une mer de 500 chaînes de télévision jusqu’à ce que je me décide sur une émission sur les voyages découvrant la beauté d’un pays à l’autre bout du monde. Plus tard, mon portable et l’internet me permettent de compléter quelques opérations bancaires, planifier une sortie ce weekend et recevoir des nouvelles d’amis habitant au loin, tout en restant enfoncée dans le sofa.

J’éteins la lumière, me glisse dans mon lit et m’étend sur le matelas concu pour mon type de corps et mes positions de repos préférée. Le bourdonnement du réfrigérateur dérange le calme de la maison autrement silencieuse. Je me demande s’il pourrait exister un machin pour contrôler le sommeil.


Recevez les prochains articles

Vous avez apprécié ce contenu? Inscrivez-vous pour recevoir les nouveaux articles dès leur publication. 😊 (Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.)

6 commentaires sur “I will become a superhero, and the universe shall bend to my will”

  1. Actually, there is.

    It replicates the « slow waves » that are prevalent in the brain during the most restful phases of human sleep, thereby allowing a person to derive the benefits of eight hours of sleep in the span of only two or three hours.

    It’s only experimental right now (I think), but it could tip the scales in your becoming a superhero and allow you Rule The World eventually!!

    Fun read, by the way.

  2. « Lunch hour starts at 12h – voicemail is activated again while I consumate food reheated for one minute and 52 seconds at intensity 7 in the microwave.  »

    You ‘consumated’ your food? Um, is this along the lines of ‘confronting’ authors? (wink).

    I’m pretty sure you meant ‘consume’. And it brought a double smile – one for the present humour and one for reminiscence sake. It is a pleasant thing, to have amusing in-joke memories like that with friends.

    And for the record, I’d be content just to get my four year old to bend to my will. After that the Universe will be a piece of cake.

  3. With all those powers at your disposal I am glad you have chosen to serve the side of good and light.

    Frightening thought to have those serving the dark side.

    BOB

Laisser un commentaire