August in December and leaping daemons

We went to the movies twice this week. How decadent, right?

Saturday at 4:30pm, Frank goes something like « I feel like catching a movie tonight. And how about dinner in a restaurant? ». And so, totally taking advantage of the fact that my parents moved into their house next door, we were out the door half an hour later, with mom already with her nose over our stove, cooking spaghetti for Xavier and them.

We went to see « August Rush », the story of which is completely over the top, and I really enjoyed it. It’s such a cute story, and I’ve liked Kerri Russell ever since « Felicity ».

Then, yesterday, we were offered tickets to the premiere of « The Golden Compass » – Frank’s grandmother had won a set of four from the paper. So we went to the theater again. On a weeknight. Outrageous!

I just read again my expectations for the movie from a previous post, and it’s unsurprisingly close to the mark. Much yummy eyecandy, although the darker themes were somewhat there, if one did some interpretation. I can’t give a balanced opinion, however, as I found myself distracted with my knowledge of the book. There are no surprises in store for people familiar with the literature, you can expect every event one by one. They switched some parts around and added a couple of little scenes to squeeze in required information – they can’t not, really, when adapting to screen – but, as I said, it was hugely distracting to me and I kept asking myself « wasn’t there the part with … before that happened? ». One other thing that bothered me a lot: the book follows Lyra’s evolution step by step, but the movie version takes a couple of shortcuts by leaving her side and injecting scenes with the other characters.

The daemons were wonderfully well done. Lyra’s world was craftily shaped – I can’t tell if the machine designs came from descriptions by Philip Pullman or from the movie people, but it worked well enough. Nicole Kidman was beautiful as Mrs Coulter, and Lyra and Lord Asriel were well cast. The polar bear character (Iorek Bernison, I believe) was more of a softie than what I remembered imagining, and the 3D of him, while beautifully done, was missing just a little touch of realism in some spots – but maybe I’m being difficult there.

Oh, and my last warning for those who have read the books and are planning to see the movie: the movie ends a couple of scenes short of where the book finishes. That jumbled me when we got to the end, since I expected another little stretch of action. I understand why they did it: the novel ends in chaos, with some strong cliffhangers. It is logical that they decided to wrap things up in a smoother way (although the end was a little over-americanized to my taste). Still, that’s one other way my knowledge of the book became a hindrance, since I felt catapulted out.

I still recommend seeing it, if only because it’s a nice piece of fantasy to paint on a screen.

PS. And I know: I changed the background. About time, right? 😉
Trad. « Août en décembre et des démons qui sautent »

Nous sommes allés deux fois au cinéma cette semaine. Assez décadent, non?

Samedi à 16h30, François lâche quelque chose comme « Il me semble que j’irais au cinéma ce soir. Et qu’est-ce tu dirais de souper au resto? ». Et donc, prenant avantage du fait que mes parents viennent d’aménager dans leur maison à côté, nous prenions la poudre d’escampette une demi heure plus tard, avec ma mère le nez au-dessous de notre four déjà, à cuire des spaghetti pour Xavier et eux.

Nous sommes allés voir « August Rush », dont l’histoire est complètement incroyable, et j’ai vraiment aimé le film. C’est tellement une histoire charmante, et j’aime bien Kerri Russell depuis qu’elle a joué « Felicity ».

Puis, hier, nous nous sommes fait offrir des billets pour la première de « La Boussole d’Or » – la grand-mère de François avait gagné une passe pour quatre billets. Alors nous sommes allés au cinéma à nouveau. Un soir de semaine. Quel scandale!

Je viens de relire mes attentes pour le film dans un post précédent, et elles étaient plutôt près de la réalité. Beaucoup de joli visuel, quoique les thèmes plus sombres étaient un peu là, si on faisait de l’interprétation. Je ne peux pas donner une opinion balancée, toutefois, puisque j’ai été énormément distraite par ma connaissance du roman. Il n’y a pas de surprises en réserve pour les lecteurs familiers avec l’histoire, vous pouvez prévoir chaque événement un par un. Ils ont déplacé quelques parties et ont ajouté de petites scènes pour insérer de l’information nécessaire – ils n’ont pas le choix, vraiment, en faisant une adaptation à l’écran – mais, comme je dis, ça m’a distrait énormément et je n’arrêtais pas de me dire « messemble qu’il y avait tel bout avec la … avant ce bout là?… ». Autre chose qui m’a dérangée beaucoup : le livre suit l’évolution de Lyra pas à pas, mais la version cinématographique prend parfois des raccourcis en passant par des scènes qui se passent ailleurs avec les autres personnages.

Les démons étaient merveilleusement bien faits. Le monde de Lyra était formé avec art – je ne peux dire si les designs de machines venaient de descriptions par Philip Pullman ou de l’imagination des créateurs du film, mais ça marchait bien. Nicole Kidman était superbe en Mme Coulter, et Lyra et Lord Asriel étaient bien choisis. Le personnage de l’ours polaire (Iorek Bernison, je crois) était un peu plus doux que ce que je me rappelle avoir imaginé, et sa version 3D, quoique très bien faite, manquait juste une touche de réalisme à certains moments – mais peut-être que je suis un peu difficile.

Oh, et mon dernier avis pour ceux qui ont lu les livres et prévoient aller voir le film: le film se termine quelques scènes avant la fin du livre. Ça m’a un peu confondu lorsque nous sommes arrivés au générique, puisque je m’attendais à un autre petit bout d’action. Je comprends pourquoi ils l’ont fait comme ça : le roman se termine dans le chaos, avec de forts éléments de mystère. C’est logique qu’ils aient décidé de finir les choses de façon plus douce (quoique la fin était un peu trop américanisée à mon goût). Mais bon, voilà une autre façon dont ma connaissance du livre est devenu une nuisance, puisque j’ai eu l’impression d’être catapultée hors de l’histoire.

Je recommande tout de même le film, ne serait-ce que parce que c’est un beau morceau de fantastique à peindre au grand écran.

PS. Et je sais : j’ai changé l’arrière-plan. Il était temps, non? 😉


Recevez les prochains articles

Vous avez apprécié ce contenu? Inscrivez-vous pour recevoir les nouveaux articles dès leur publication. 😊 (Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.)

4 commentaires sur “August in December and leaping daemons”

  1. I love the new background! I’m glad you liked the movie and enjoyed your dates Emilie, they’re well deserved, I’m sure!

  2. Well the previews have been very nice to see, and I bought the three books to read on my trip. Thinking it will be reading first than perhaps see it.

    BOB

  3. I don’t know when or if I’ll ever get around to those books, but I’ll likely see the movie long before. Nice to hear that you were at least impressed with it. I’ll have to take my own wife out for a date to that movie or something similar.

    Very nice new graphic as well.

Laisser un commentaire